Le site officiel du showbiz Haïtien.



Kreyòl La ne participera plus au carnaval avec ce comité



Définitivement, grosse cylindrée, champion du carnaval à deux reprises (2007 et 2017), sans compter ses excellentes performances au carnaval haïtien comme c’était le cas cette année malgré les difficultés, Kreyòl La annonce qu’il ne participera plus au carnaval avec le comité national qui avait organisé les trois jours gras cette année. « J’annonce à l’avance à tout le monde que si c’est ce même comité qui reste en place pour organiser le prochain carnaval, on n’a pas besoin de compter sur Kreyòl La, je ne participerai plus au carnaval national. Je préférerai prendre part au carnaval communal à Port-au-Prince ou dans des villes de province comme Saint-Marc qui avait un beau carnaval. Je suis clair là-dessus, je n’irai plus au carnaval avec ce comité avec le mode d’organisation qu’on a eu, parce que je ne compte pas souffrir comme c’était le cas cette année. Je ne crois pas que je suis le seul à adopter cette position et si même ce serait le cas, j’assumerais seul cette responsabilité », a catégoriquement déclaré TJo Zenny qui participait à l’émission « Visa pour le compas » sur Radio Visa FM, 88.1 MHZ. Rappelons que le comité dont parle le chanteur était composé des onze membres suivants : Président : Claudel Dumas ; Vice-président, Responsable des finances : Jean Michel Lapin ; Secrétaire général : Andy Durosier ; Représentante de la Présidence : Mme Nancy Carraha ; Responsable de l’animation musicale : Fred Lizaire ; Coresponsable de l’animation musicale : Albert Chancy ; Responsable de la communication : Mme Émelie Prophète ; Responsable artistique : Mme Maëlle David ; Co-responsable artistique : Yves Penel ; 2e Coresponsable artistique : Erol Josué ; Membres : Mme Dithny Joan Raton et Mme Alexandra Oriol ayant organisé cet événement les 11, 12 et 13 février 2018. Selon T-Jo Zenny, visiblement frustré, il n’y avait aucune organisation dans le carnaval de cette année. « Il n’y avait que Fred Lizaire qui était toujours disponible et qui se débrouillait seul pour faire quelque chose. Le président du comité du carnaval n’a jamais pipé mot dans le groupe WhatsApp qu’on avait créé pour les musiciens, malgré nos doléances. Il n’adressait la parole à aucune formation musicale. Il y avait toutes les peines du monde pour faire nettoyer les toilettes des chars. C’était la même chose pour contraindre les groupes musicaux à respecter leur place sur le parcours; ils faisaient ce qu’ils voulaient. Mass Konpa passait chaque jour en premier, Maestro & Vayb prenait la place qu’il voulait sur le parcours. Idem pour Kaï. Les groupes ne respectaient pas le temps qui leur était attribué sur le parcours, ils bloquaient le défilé quand ils le voulaient, ils avançaient selon leur envie au détriment des autres. Pour un rien, ils avaient recours à leur « pouvoir ». Le carnaval était une vraie catastrophe. Passer six heures à chanter en place sur la grand-rue était inhumain, et sans compter la performance du Champ de Mars. Qui pis est, le carnaval avait lieu un dimanche, on avait donné aux groupes un chèque institutionnalisé (non personnalisé) un jour avant, soit le samedi, que vous ne pouviez que déposer, ce n’est pas possible ça. C’était une véritable gageure. C’était très dangereux ce qui se passait. Je n’ai jamais autant souffert à un carnaval. C’était inhumain. Ce qui s'est passé au Champ de Mars les 11, 12 et 13 février 2018 était simplement inacceptable », a critiqué T-Jo Zenny.
Gilles Freslet (gillesfreslet@yahoo.fr)

Exprimez-vous


comments powered by Disqus