Le site officiel du showbiz Haïtien.



Bato quitte Zenglen et navigue en solo



Pour Bato, tout a commencé dans la musique en 1999, avec Groov. Pourtant, c’est avec Mass Konpa, dont il est membre fondateur, qu’il devient populaire. Son départ scandaleux de la bande à l’honorable sénateur Gracia Delva l’a conduit à d’autres groupes comme Fu-Zion, puis Fasil de Réginald Cangé. Le dernier groupe avec lequel il collaborait était Zenglen, mais depuis plus d’un an il a tourné le dos à la bande à Brutus qui a des problèmes structurels entre autres, dit-il. Depuis, Bato a entamé une carrière solo après avoir joué avec Tabou Combo en l’absence de Jean Claude Jean, réalisé des tournées avec Sonia Dersion, Thierry Cham et participé à différents disques comme celui de son ancien groupe Mass Konpa et le prochain opus de Septentrional pour ses 70 ans. Le premier album studio de Bato, annoncé depuis quelque temps pour lancer la carrière solo du guitariste paraît enfin. « 12-12 » featuring Enock Bordes, « Kite m poze » featuring Nia, « Born again », « Mwen vo plis ke sa » qui sera bientôt vidéoclippé, « Excited », « Ma belle » et « Sa w ap fè avè m » sont les sept tracks qui figurent sur « Born again » (Né de nouveau), le premier album de Bato qui, selon l'artiste, lui a coûté à peu près 17 000 dollars américains. Il y a aussi le titre « I don't care » featuring Olivier Duret qui n’est pas sur l’album mais qui est disponible sur les plateformes de vente de musique en ligne dont iTunes. « Cet album s’intitule ''Born again'' (Né de nouveau) parce que pour moi, chaque étape franchie dans la vie est une renaissance », dit l’artiste. Toutes les chansons sont écrites, produites et arrangées par Barthelemy Joachim dit Bato Always, à l’exception de la sixième musique, « Ma belle », qui est produite par Elie Lapointe, actuel Karizma. Des artistes comme Nia, Enock Bordes, Kelly Millien, Reynaldo Martino, Frantzee Key et Rachel Dorvil ont collaboré sur ce disque à 90 % love. « Born again » est déjà disponible chez les disquaires à Paris, aux États-Unis et au Canada. « Je serai en signature en Haïti dans les jours qui viennent », a promis Bato, qui ne veut délaisser aucun de ses fans. L'artiste déclare n’être intéressé à intégrer aucun groupe musical pour le moment parce qu’il croit que se lancer dans une carrière solo lui sera beaucoup plus bénéfique que de faire partie d’une bande. D’ailleurs, après la sortie de son disque, il a déjà plusieurs concerts et une croisière qui l’attendent à La Cigale, à Paris, le 19 mai et en décembre 2018. D'ailleurs, « 12-12 », version instrumentale de jazz figurant sur son album qui a une couleur créole, ouvre plusieurs portes à l’artiste en Europe et aux Etats-Unis, selon ce dernier. Dans les jours à venir, cette musique déjà adoptée chez l’Oncle Sam, sera diffusée sur NPR, une grande Radio Internationale qui donne des informations, a-t-il fait savoir. Bato sera accompagné par sept musiciens quand il se produira en Haïti et à l’étranger, dont Yves Albert Abel à la basse, Poppy Duverné au keyboard et Robert Vinella, musicien né aux Etats-Unis d’origine vénézuélienne, à la batterie. Ancien étudiant de l’ENARTS, Joachim Bathelemy a.k.a. Bato, membre fondateur, guitariste soliste et ancien maestro de Mass Konpa, a vu le jour le 31 janvier 1979 à Fonds Verrettes. Fils de Peremy Joachim et de Célanie Lafleur, tous deux médecins, Bato est informaticien et administrateur de réseaux. Il a fait ses études primaires dans sa ville natale (Fonds-Verrettes) à l’école nationale et à Rivière Hérard. Quant aux études secondaires, il les a faites au Lycée Anténor Firmin et au Collège Latin de Port-au-Prince. Joachim Barthelemy a fait des études en musique. Il a joué pour la première fois en 1999 dans un groupe à Port-au-Prince qui s’appelait Groov. Avant de passer en solo, il a fait partie de Zenglen que gère difficilement Jean Brutus Dérissaint.
Gilles Freslet (gillesfreslet@yahoo.fr)

Exprimez-vous


comments powered by Disqus